"Entre le marteau et l'enclume"

(Le texte qui suit était inclus dans le programme distribué lors de la Table-Ronde de Toulouse)

 

Présentation du projet

État du domaine et bibliographie de référence

Reconnaissance de la diversité des techniques de taille

Limites actuelles

Développements potentiels

Bibliographie de référence

Objectifs et perspectives

 

 

Présentation du projet 

 

Depuis M. Mauss et A. Leroi-Gourhan, nombreux sont les chercheurs qui ont choisi l’étude des techniques comme moyen d’aborder la diversité et la richesse des cultures humaines. Les techniques de taille des roches dures destinées à l’obtention d’un outillage de pierre constituent l’un de ces témoins privilégiés de l’inventivité de notre espèce, même si leur diversité n’est pas toujours reconnue à sa juste valeur. Cela est d’autant plus vrai lorsque l’on remonte dans le temps et que l’on s’approche des origines de la production de ces outillages de pierre. En effet, si les préhistoriens accordent facilement une large panoplie de techniques à leurs contemporains restés à l’écart de la civilisation industrielle ou à leurs plus proches prédécesseurs, il est plus rare qu’ils considèrent que les Hominidés n’appartenant pas à leur espèce disposaient d’une gamme diversifiée de moyens d’agir sur les matériaux.

Frapper un bloc de pierre à l’aide d’un galet pour en détacher un éclat, voilà à quoi se résume l’univers technique des hommes préhistoriques pour une grande partie du public, mais aussi, et c’est plus inquiétant, pour certains spécialistes.

Que nous dit le matériel archéologique, qui est notre source d’information primordiale ? Il nous enseigne qu’effectivement la percussion directe au percuteur dur est la technique fondamentale de fabrication des outillages de pierre, qu’elle est celle qui a permis la production des premiers outils de l’humanité et qu’elle est indispensable à la production de tout objet de pierre, même dans le cadre de méthodes plus élaborées faisant appel à d’autres techniques.

Mais ce même matériel archéologique nous apporte une autre information cruciale : il n’y a pas une seule façon de mettre en oeuvre cette percussion directe au percuteur dur, bien au contraire. Il existe de multiples façons d’utiliser les effets du choc de matériaux durs et les groupes humains qui se sont succédés au cours du temps en ont exploré les innombrables possibilités.

C’est cette diversité des modalités d’application de la percussion directe au percuteur dur que nous souhaitons illustrer à travers des exemples concrets issus de recherches archéologiques et d’études récentes, sans limite chronologique ni géographique.

L’une de ces modalités attirera spécialement notre attention : il s’agit de la percussion d’un bloc posé sur une enclume à l’aide d’un percuteur, que ce soit pour fractionner le bloc, pour en tirer des éclats ou encore pour le façonner progressivement et en faire un outil. Le rôle de cette technique, peut-être parce qu’elle fait appel à un geste qui semble à la portée de nos cousins Primates, a longtemps été sous-évalué : tantôt reléguée au rang de mythe, tantôt considérée comme une solution d’ultime recours, utilisée dans les cas désespérés sur les matériaux les plus médiocres, elle ne fut reconnue et décrite que par de rares chercheurs, souvent isolés. Compte tenu de la multiplication des travaux sur ce sujet, il semble opportun de réunir certains de ces chercheurs afin de conduire une réflexion commune sur la signification de la longévité et de l’ubiquité de la percussion sur enclume, mais aussi de proposer un vocabulaire technique issu d’une concertation.

 De manière plus générale, le moment semble venu de démontrer la diversité des modalités d’application de la percussion directe au percuteur dur, y compris pour les périodes anciennes de la Préhistoire.

 


 

État du domaine et bibliographie de référence

 

Reconnaissance de la diversité des techniques de taille

 

Les techniques de production des industries de pierre (au sens de modalités d’exécution des actions techniques : nature des outils de taille, principes d’application de la force, position et maintien des pièces taillées ; cf. Pelegrin, 1995) ont connu des phases d’intérêt plus ou moins marqué au cours de la brève histoire des sciences préhistoriques. Ces phases d’intérêt sont intimement corrélées aux principales étapes du développement de l’approche technologique :

- à la fin du XIXème siècle, lorsqu’il faut encore faire la preuve de l’existence d’un homme fossile, tout argument en faveur du caractère anthropique des objets taillés découverts dans les terrains anciens est le bienvenu : ainsi, il est ponctuellement fait appel au comparatisme avec les productions de certains groupes contemporains produisant encore des outillages de pierre, mais aussi avec l’exemple encore vivant des tailleurs de pierre à fusil.

- une fois acquises la grande ancienneté des industries lithiques et leur origine anthropique, les questions relatives aux techniques ont été durablement délaissées en faveur des questions propres au classement chronologique de ces industries. Durant cette phase qui dure jusqu’aux années 1950, il convient toutefois de noter quelques travaux précurseurs dont ceux de Léon Coutier, qui démontra par l’expérimentation que certains objets préhistoriques avaient été taillés à l’aide de percuteurs de bois (Coutier, 1929). Henri Breuil fut également un précurseur en matière d’étude des techniques préhistoriques (Breuil, 1932 ; 1949 ; 1954). Il est notamment l’auteur avec René Lantier de l’une des premières descriptions pertinentes du débitage sur enclume (Breuil et Lantier, 1951).

- dès le début des années 1950, fort de ses nombreuses expériences de taille, François Bordes propose d’introduire un certain nombre de caractères techniques dans la classification des industries lithiques (Bordes, 1950). D’autre part, il relance l’intérêt pour les techniques en proposant une « Étude comparative des différentes techniques de taille du silex et des roches dures » dans le Bulletin de la Société Préhistorique française ; il y décrit notamment les techniques de débitage sur enclume et sur percuteur dormant (Bordes, 1947).

- les deux décennies qui suivent sont marquées par un renouveau indéniable de l’intérêt pour les techniques de taille. La tenue aux Eyzies en 1964 d’une Conférence internationale sur la technologie lithique marque symboliquement le début de cette nouvelle ère (Smith, 1966) ; elle permet notamment à l’américain Donald Crabtree de faire part de ses découvertes concernant le débitage par pression à ses homologues européens, parmi lesquels François Bordes et Jacques Tixier. Les travaux du même Donald Crabtree, qui n’ont sans doute pas bénéficié de la diffusion et de la reconnaissance qu’ils méritaient, ne se limitent d’ailleurs pas à la reconstitution des modalités d’application du débitage par pression en Amérique centrale ; ils constituent également une étape importante dans la caractérisation du débitage sur enclume et sur percuteur dormant (Crabtree, 1967 ; 1972).

Cette période est surtout marquée par le début des essais systématiques de taille suivant le plus grand nombre de techniques possibles par Jacques Tixier, essais qui nourriront ces contributions majeures (Tixier, 1967, 1972, 1978, 1980 ; Tixier, Inizan et Roche, 1980) et qui lui permettront de tempérer l’enthousiasme parfois excessif de certains auteurs pour le diagnostic des techniques (Tixier, 1982).

 

Limites actuelles

 

Si l’intérêt pour les techniques de taille a connu une progression ininterrompue au cours du XXème siècle, force est de constater toutefois qu’il n’a pas été poussé au maximum de ses possibilités. L’identification et la description des stigmates spécifiques à certaines techniques restent encore limitées, même si leur intérêt a été amplement démontré (Pelegrin, 1991, 1995). Leur application a ainsi été limitée à certains matériaux – à savoir les roches siliceuses cryptocristallines enregistrant le plus finement les informations techniques – et à certaines périodes – à savoir les périodes récentes de la Préhistoire, à partir du Paléolithique supérieur :

- pour les matériaux réputés médiocres (quartz, quartzite…), la description systématique des stigmates de taille spécifiques reste rare (Fournier, 1973 ; Tavoso, 1986 ; Mourre, 1994, 1997).

- pour les périodes anciennes, la diversité des techniques mises en oeuvre est systématiquement ignorée, voire niée. Seule l’apparition de la percussion directe au percuteur tendre n’est pas discutée, encore que sa signification est parfois dépréciée (Pigeot, 1991).

 

Développements potentiels

 

Dans ce contexte, se multiplient les contributions montrant l’existence d’une véritable diversité des techniques dès le Paléolithique ancien et moyen (Roche et Texier, 1996 ; Texier et Roche, 1995) et en particulier de l’utilisation systématisée de la percussion sur enclume (Fontana, 1996 ; Gao, 2000 ; Geneste et Plisson, 1996 ; Jaubert et Mourre, 1996 ; Matilla, 2002 ; Milliken, 1996 ; Mourre, 1996 et à paraître). Parallèlement, l’emploi de cette technique au cours des périodes plus récentes, signalé de longue date (Barbaza, 1987), se voit confirmé par de nouvelles données (Bérard, 1999 ; Bracco, 1993 ; Garcea, 1997 ; Prous, 1996 ; Prous et Lima, 1990 ; Prous et al., 1991).

Parmi les autres thèmes relatifs à la diversité des modalités d’application de la percussion directe au percuteur dur qui ont fait l’objet de quelques rares travaux, on peut citer :

- le débitage sur percuteur dormant (Bordes, 1947 ; Capdeville et al., 1999 ; Crabtree, 1972 ; Mourre, 1996 ; Shen, 2000),

- la variabilité du geste de percussion et ses conséquences (Bourguignon, 1997),

- l’utilisation de percuteurs inattendus tels que des éclats (Tixier, 2000).

Comme on le voit, ces contributions sont dispersées dans la littérature et il s’agit le plus souvent de notes et d’articles parfois confidentiels : aucune réflexion collective traitant spécifiquement de la question de la diversité des modalités d’application de la percussion directe au percuteur dur n’a jamais été conduite, de même qu’aucune publication entièrement consacrée à ce thème n’a jamais vu le jour. Le moment semble particulièrement adapté pour réunir les spécialistes qui se sont penché sur ces questions afin de livrer une synthèse sur ce sujet.

 

Bibliographie de référence

(ceci est la bibliographie qui se trouvait dans le programme de la Table-Ronde ; bibliographie revue et augmentée ici)

Aguirre, E. (1964)

Las Gándaras de Budiño, Porriño (Pontevedra), Madrid, Excavaciones arqueológicas en España, n° 31, Ministerio de Educacion Nacional, 28 p. + pl.

Alimen, M.-H. (1955)

« Présence de l'Acheuléen dans les alluvions de l'Oued Saoura - Chronologie quaternaire du Sahara nord-occidental », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. LII, n° 8, pp. 480-492.

Alimen, H. (1963)

« Enclumes (percuteurs dormants) associés à l'Acheuléen supérieur de l'Ougartien (Oued Farès, Sahara occidental) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. LX,  pp. 43-47.

Alimen, M.-H. (1978)

L'Evolution de l'Acheuléen au Sahara Nord-Occidental (Saoura - Ougarta - Tabelbala), avec la coll. de J. Zuate y Zuber, Meudon, CNRS, 596 p.

Amick, D.S. et Mauldin, R.P. (1997)

« Effects of raw material on flake breakage patterns », Lithic technology, vol. 22, n° 1, pp. 18-32.

Andrefsky, W. (1994)

« The geological occurence of lithic material and stone tool production strategies », Geoarchaeology : an international journal, vol. 9, n° 5, pp. 375-391.

Bae, K. (1987)

« L'industrie lithique du site paléolithique ancien de Chongokni, Corée », L'Anthropologie, t. 91, n° 3, pp. 787-796.

Bailhé, C. (1986)

Métiers d'autrefois, Editions Milan, 190 p.

Balout, L. (1967)

« Procédés d'analyse et questions de terminologie dans l'étude des ensembles industriels du Paléolithique inférieur en Afrique du Nord », in : Background to evolution in Africa, Bishop, W.W. et Clark, J.D., Eds. , Chicago, pp. 701-735.

Barbaza, M. (1987-88)

« La grotte des Adoutx à Caudiès-de-Fenouillèdes (Pyrénées-Orientales) et le Mésolithique des Corbières », Gallia Préhistoire, t. 30,  pp. 187-204.

Barnes, A.S. et Cheynier, A. (1935)

« Etude sur les techniques de débitage du silex et en particulier des nuclei prismatiques », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. XXXII, n° 5, pp. 288-299.

Bertouille, H. (1989)

Théories physiques et mathématiques de la taille des outils préhistoriques, Cahiers du Quaternaire n° 15, CNRS éd., 100 p.

Bérard, B. (1999)

« Technologie lithique et caractérisation culturelle : l'exemple de l'occupation amérindienne de la Martinique », in : Actes du XVIIIème Congrès International d'Archéologie de la Caraïbe, St George's University Campus, True Blue, St George, Grenada, West Indies, Association Internationale d'Archéologie de la Caraïbe, Région Guadeloupe, Symposium IV - Les technologies de l'Age céramique, pp. 175-184.

Bidittu, L. (1972)

« Pleistocene e industrie litiche pre-acheuleane ad Arce e Fontana Liri », Quaternaria, 16,  pp. 35-52.

Bordes, F. (1947)

« Etude comparative des différentes techniques de taille du silex et des roches dures », L'Anthropologie, t. 51,  pp. 1-29.

Bordes, F. (1981)

Typologie du Paléolithique inférieur et moyen, Paris, CNRS, Cahiers du Quaternaire 1, (1961), 111.

Boucard, D. (2000)

Les outils taillants, Paris, SELD, Jean-Cyrille Godefroy, 283 p.

Bourguignon, L. (1997)

Le Moustérien de type Quina : nouvelle définition d'une entité technique, Université de Paris X - Nanterre, Thèse de Doctorat, 672 p p.

Bracco, J.-P. (1993)

« Mise en évidence d'une technique spécifique pour le débitage du quartz dans le gisement badegoulien de la Roche à Tavernat (Massif Central, France) », Préhistoire Anthropologie Méditerranéenne, 2,  pp. 43-50.

Breuil, H. (1932)

« Le feu et l'industrie de pierre et d'os dans le gisement du "Sinanthropus" à Chou-Kou-Tien », L'Anthropologie, t. 42,  pp. 1-17.

Breuil, H. (1949)

« Division du travail au Paléolithique en Afrique du Sud », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. XLVI, n° 7-8, pp. 243-244.

Breuil, H. et Lantier, R. (1951)

Les Hommes de la pierre ancienne - Paléolithique et Mésolithique, Paris, Payot, 335 p.

Breuil, H. (1954)

« Prolégomènes à une classification préhistorique - Discours du Président entrant », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. LI, fasc. 1-2, pp. 7-15.

Brézillon, M. (1971)

La dénomination des objets de pierre taillée, IVème supplément à "Gallia Préhistoire", 427 p.

Capdeville, J-P., Chalard, P., Colonge, D. et Jarry, M. (1999)

« La station acheuléenne du Lotissement du Château à Fonsorbes (Haute-Garonne) », Préhistoire du Sud-Ouest, n° 6, 1999 - 2, pp. 105-124.

Carbonell, E., Márquez, B., Mosquera, M., Ollé, A., Rodríguez, X.P., Sala, R. et Vergès, J.M. (1999b)

« El Modo 2 en Galería. Análisis de la industria lítica y sus procesos técnicos », in : Atapuerca : ocupaciones humanas y paleoecologìa del yacimiento de Galerìa, Carbonell Roura, E., Rosas Gonzàlez, A. et Dìez Fernàndez-Lomana, J. C., Eds. , Memorias, Junta de Castilla y Leòn, Arqueologìa en Castilla y Leòn 7, pp. 299-352.

Champault, B. (1966)

L'Acheuléen évolué au Sahara occidental - Notes sur l'homme au Paléolithique ancien, Faculté de Lettres, Paris, Th. Un. soutenue le 17 nov. 1966, 2 vol., 1068 p p.

Chauchat, C., Normand, C., Raynal, J-P. et Santamaria, R. (1985)

« Le retour de la pièce esquillée ! », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 82, n° 2, pp. 35-41.

Chavaillon, J. (1979)

« Essai pour une typologie du matériel de percussion », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 76, 8, pp. 230-233.

Clark, J.D. (1966b)

« Acheulian occupation sites in the Middle East and Africa : a study in the cultural variability », American Anthropologist, vol. 68, n° 2, pp. 202-229.

Clark, J.D. et Kurashina, H. (1979)

« Hominid occupation of the East-Central Highlands of Ethiopia in the Plio-Pleistocene », Nature, vol. 282, n° 5734, pp. 33-39.

Colonge, D. (1997)

Le Paléolithique inférieur de la Moyenne Vallée de l'Arros (Hautes-Pyrénées), Toulouse, Université de Toulouse - Le Mirail, Mémoire de Maîtrise, 140 p p.

Coutier, L. (1929)

« Expériences de taille pour rechercher les anciennes techniques paléolithiques », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. XXVI, n° 2, pp. 172-174.

Crabtree, D.E. (1967)

« Notes on experiments in flintknapping : 3 - The flintknapper's raw material », Tebiwa - The journal of the Idaho State University Museum, vol. 10, n° 1, pp. 8-24.

Crabtree, D. (1972)

An introduction to flintworking, Occasional  Papers of the Idaho state University Museum, Pocatello, Idaho, n° 28, 98 p.

Crémillieux, H. et Livache, M. (1976)

« Pour le classement des pièces écaillées », Dialektikê - Cahiers de typologie analytique  pp. 1-5.

Deacon, H.J. (1970)

« The Acheulian occupation at Amanzi Springs, Uitenhage District, Cape Province », Annals of the Cape Provincial Museums (Natural History), vol. 8, part 11, pp. 89-189.

Diop, A. (1979)

Lagreich, une station acheuléenne de la vallée du Tilemsi (Mali). Etude typologique, Université de Bordeaux I, 1 vol., Thèse de 3ème Cycle.

Escalon de Fonton, M. (1969)

« La pièce esquillée, essai d'interprétation », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 66,  pp. 76.

Farizy, C., David, F. et Jaubert, J. (1994)

Hommes et bisons du Paléolithique moyen à Mauran (Haute-Garonne), Paris, CNRS, XXXème supplément à Gallia Préhistoire, 267 p.

Fillion, J.P., Féblot-Augustins, J. et Santallier, D. (2000)

« Etude du matériel néolithique dans la région de Bellegarde (Ain) - Matériaux et techniques de débitage du silex sur un site d'approvisionnement du Néolithique final à Villes et Ochiaz (Commune de Chatillon en Michaille - Ain) », Revue d'Archéométrie, 24,  pp. 129-147.

Finland, The National Board of Antiquities (page consultée le 11/01/00)

The Susiluola cave site investigations, http://www.nba.fi/ARCHAEOL/RESEARCH/Sufinds.htm, [En ligne, désormais inaccessible], The National Board of Antiquities Finland.

Fontana, F. et Nenzioni, G. (1996)

« The pebble industry from Bel Poggio (Bologna, Italy) : reconstruction of the techniques and chaînes opératoires by means of experimentation », in : Lithic technology, Milliken, S. et Peresani, M., Eds. , Forlì, ABACO éd., Actes du XIIIème Congrès UISPP, Workshop 12, pp. 23-30.

Fournier, R-A. (1973)

Les outils sur galets du site mindelien de Terra-Amata (Nice, Alpes-Maritimes), Université de Provence, Thèse de Doctorat, 221 p p.

Gao, X. (2000)

« Core reduction at Zhoukoudian locality 15 », Archaeology, ethnology & anthropology of Eurasia, n° 3, 3, pp. 2-12.

Garcea, E. (1997)

« L'exploitation du quartz dans le Sahara et le Soudan à l'Holocène », Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes, t. 6, Première Table Ronde sur l'exploitation du quartz au Paléolithique, pp. 317-322.

Geneste, J-M. et Plisson, H. (1996)

« Production et utilisation de l'outillage lithique dans le Moustérien du Sud-Ouest de la France : les Tares à Sourzac, Vallée de l'Isle, Dordogne », in : Proceedings of the International Round Table : Reduction processes ("chaînes opératoires") for the European Mousterian, Bietti, A. et Grimaldi, S., Eds. , Rome, Quaternaria Nova VI, pp. 343-367.

Glory, A. et Allain, Ch. (1955)

« Les quartzites taillés de la haute bordure du Drâa supérieur (Maroc) », in : Actes du IIème Congrès Panafricain de Préhistoire d'Alger (1952), pp. 435-448.

Grimaldi, S. (1989)

Approccio tecnologico all'industria litica pontiniana di grotta Breuil - monte Circeo, Latina - tramite la sperimentazione, Roma, Università "La sapienza", Facoltà di Lettere e Filosofia.

Hall, K. et Schaller, G.B. (1964)

« Tool using behavior of the California sea otter », Journal of Mammalogy, 45,  pp. 287-298.

Hayden, B. (1980)

« Confusion in the bipolar world : bashed pebbles and splintered pieces », Lithic Technology, vol. IX, n° 1, pp. 2-7.

Haynes, G. (1977)

« Reply to : the myth of bipolar flaking industries », Lithic Technology, 6,  pp. 5-6.

Henri-Martin, L. (1906)

« Maillets ou enclumes en os provenant de la couche moustérienne de la Quina (Charente) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t.III,  pp. 155-159.

Honea, A. (1965)

« The bipolar flaking technique in Texas and New Mexico », Texas Archaeological Society Bulletin, 36,  pp. 259-261.

Inizan, M-L., Reduron-Ballinger, M., Roche, H. et Tixier, J. (1995)

Préhistoire de la pierre taillée t. 4 - Technologie de la pierre taillée, Meudon, CREP, 199 p.

Janot, A. (1988)

« Paléolithique inférieur et moyen de Lorraine, originalité des industries à quartzites », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 85, n° 10-12, pp. 291-303.

Jarry, M. (dir), Bernard, F., Bertran, P., Chalard, P., Colonge, D., Debenham, N., Diot, M.-F., Lelouvier, L.-A., Mourre, V., Tixier, C. et Turq, A. (2001)

Les Bosses 1, Lamagdelaine (Lot) - Un gisement paléolithique moyen antérieur à l'avant-dernier interglaciaire sur la moyenne terrasse du Lot, Toulouse, DFS, AFAN Grand Sud-Ouest - SRA Midi-Pyrénées - ASF - UTAH, 249 p.

Jarry, M. , Bertran, P., Colonge, D., Lelouvier, L.-A. et Mourre, V. (à paraître)

« Le gisement paléolithique moyen ancien des Bosses à Lamagdelaine (Lot, France) », in : Session 5 : Paléolithique moyen, Van Peer, P., Bonjean, D. et Semal, P., Eds. , XIVème Congrès de l'UISPP, Liège, 2-8 sept. 2001.

Jaubert, J., Lorblanchet, M., Laville, H., Slott-Moller, R., Turq, A. et Brugal, J.-P. (1990)

Les chasseurs d'Aurochs de La Borde - un site du Paléolithique moyen (Livernon, Lot), Paris, MSH, Documents d'Archéologie Française n° 27, 157 p.

Jaubert, J. (1993)

« Le gisement paléolithique moyen de Mauran (Haute-Garonne) : techno-économie des industries lithiques », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 90, n° 5, pp. 328-335.

Jaubert, J. et Mourre, V. (1996)

« Coudoulous, Le Rescoundudou, Mauran : diversité des matières premières et variabilité des schémas de production d'éclats », in : Proceedings of the International Round Table : Reduction processes ("chaînes opératoires") for the European Mousterian, Bietti, A. et Grimaldi, S., Eds. , Rome, Quaternaria Nova VI, pp. 313-341.

Jones, P.R. (1994)

« Results of experimental work in relation to the stone industries of Olduvai Gorge », in : Olduvai Gorge - vol. 5 : Excavations in Beds III, IV and the Masek Beds, 1968-1971, Leakey, M.D. et Roe, D.A., Eds. , Cambridge, Cambridge University Press, pp. 254-298.

Knutsson, K. (1988)

Making and using stone tools - The analysis of the lithic assemblages from Middle Neolithic sites with flint in Västerbotten, northern Sweden, Uppsala, Societas Archaeologica Upsaliensis, Aun 11.

Kobayashi, H. (1975)

« The experimental study of bipolar flakes », in : Lithic Technology - Making and using stone tools, Swanson, E., Ed. , The Hague, Mouton, pp. 115-128.

Kuijt, I., Prentiss, W.C. et Pokotylo, D.L. (1996)

« Bipolar reduction : an experimental study of debitage variability », Lithic Technology, vol. 20, n° 2, pp. 116-127.

Kuman, K. (1994)

« The archaeology of Sterkfontein : preliminary findings on site formation and cultural change », South African Journal of Science, vol. 90,  pp. 215-219.

Kuman, K. (1994)

« The archaeology of Sterkfontein - past and present », Journal of Human Evolution, 27,  pp. 471-495.

Laj Pannocchia, F. (1950)

« L'industria pontiniana della grotta di S. Agostino (Gaeta) », Rivista di Scienze Preistoriche, vol. V, fasc. 1-4, pp. 67-86.

Laplace, G. (1986)

« A propos des gisements du Pays Basque », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 83, n° 4, pp. 106-112.

Le Brun-Ricalens, F. (1989)

« Contribution à l'étude des pièces esquillées : la présence de percuteurs à "cupules" », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 86, n° 7, pp. 196-200.

Lea, V. (2002)

Les industries lithiques du Chasséen en Languedoc oriental : caractérisation par l'analyse technologique, Université Aix-Marseille I, Thèse de Doctorat, 465 p. p.

Leakey, M.D. (1971b)

« Discovery of postcranial remains of Homo erectus and associated artefacts in Bed IV at Olduvai Gorge, Tanzania », Nature, vol. 232,  pp. 380-383.

Leakey, M.D. (1975)

« Cultural patterns in the Olduvai sequence », in : After the Australopithecines, Butzer, K.W. et Isaac, G.L., Eds. , Mouton, pp. 477-493.

Leakey, M.D. (1994)

Olduvai Gorge - vol. 5 : Excavations in Beds III, IV and the Masek Beds, 1968-1971, Cambridge, Cambridge University Press, 327 p.

Lima, M. A. et Mansur, M. E. (1990)

« Estudo traceológico de instrumentos en quartzo e quartzito de Santana do Riacho (MG) », Arquivos do Museu de História Natural, Vol. XI, 1986/1990, pp. 173-194.

Lindgren, C. (page consultée le 6 juin 2002)

« Lithic technology and social strategies during the Mesolithic in Eastern Middle Sweden », in : site de l'Université d'Uppsala, [En ligne], http://www.arkeologi.uu.se/kust/Uppsala/christina_lindgren.htm.

Ljubin, V.P. et Bosinski, G. (1995)

« The earliest occupation of the Caucasus region », in : The earliest occupation of Europe : proceedings of the European Science Foundation workshop at Tautavel (France), 1993, Roebroeks, W. et Van Kolfschoten, T., Eds. , Analecta Praehistorica Leidensia, 27, University of Leiden, pp. 207-253.

Marchant, L.F.  et McGrew, W.C. (2001)

« Percussive technology hominoid anvil use as precursor to hominid knapping », in : La taille de la pierre : une action spécifique à l'homme ?, Workshop de Pont-à-Mousson, Abbaye des Prémontrés, 21-21 novembre 2001.

Matilla, K. (2001)

Contribution à l'étude des industries du Paléolithique moyen de l'abri Bourgeois-Delaunay (La Chaise-de-Vouthon, Charente). Le matériel en quartz et autres roches de la couche 9 (Fouilles A. Debénath 1967-1983)., Université de Perpignan, DEA.

Matilla, K. (2002)

« Premiers résultats sur l'étude du matériel enquartz, en roches métamorphiques et magmatiques des gisements charentais du Paléolithique moyen. Abri Bourgeois-Delaunay (La Chaise-de-Vouthon, Charente), couche 9 (fouilles A. Debenath 1963-1983). », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 99, n° 2, pp. 369-390.

Mazière, G. (1984)

« La pièce esquillée, outil ou déchet ? », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 81, 6, pp. 182-187.

Mercader, J., Panger, M. et Boesch, C. (2002)

« Excavation of a chimpanzee stone tool site in the african rainforest », Science, vol. 296, 24 may 2002, pp. 1452-1455.

Merino, J. M. (1969)

« Tipologia lítica », Munibe, año XXI, fasc. 1 2 3.

Méroc, L. (1952)

« Trois causes d'erreurs pour les préhistoriens », in : Congrès Préhistorique de France, Paris, XIII° Session, pp. 454-460.

Millet, D., Jaubert, J., Duclos, G., Capdeville, J.-P., Pons, J.-C., Jarry, M., Lacombe, S. et Millet, F. (1999)

« Une exploitation paléolithique du grès en Armagnac : le site de Cazalège à Castelnau-d'Auzan », Paléo, n° 11,  pp. 43-70.

Millet, D. (2001)

Le Paléolithique inférieur en Aquitaine méridionale - Contribution à l'étude typo-technologique du Paléolithique inférieur de l'axe garonnais, de l'Albigeois et du Bas-Armagnac, Université de Toulouse - Le Mirail, 3 vol., Thèse de Doctorat, 1117 p p.

Milliken, S., La Rosa, M. et Peretto, C. (1996)

« An experimental approach to the reconstruction of the chaînes opératoires in a Lower Palaeolithic pebble industry from West-Central Italy », in : Lithic technology, Milliken, S. et Peresani, M., Eds. , Forlì, ABACO éd., Actes du XIIIème Congrès UISPP, Workshop 12, pp. 23-30.

Moura, M. T. T. de et Prous, A. (1989)

« Vestígios de utilização em instrumentos líticos utilizados "brutos" », Dédalo, S. Paulo, pub. avulsa, 1,  pp. 409-425.

Mourre, V. (1994)

Les industries en quartz au Paléolithique moyen. Approche technologique de séries du Sud-Ouest de la France, Université de Paris X - Nanterre, Mémoire de maîtrise, 111 p p.

Mourre, V. (1996)

Le débitage sur enclume au Paléolithique inférieur et moyen. Techniques, méthodes et schémas conceptuels, Université de Paris X - Nanterre, Article de DEA, 45 p p.

Mourre, V. (à paraître)

« Le débitage sur enclume au Paléolithique moyen dans le Sud-Ouest de la France », in : Session 5 : Paléolithique moyen, Van Peer, P., Bonjean, D. et Semal, P., Eds. , XIVème Congrès de l'UISPP, Liège, 2-8 sept. 2001.

Nenquin, J. (1967)

Contributions to the study of the prehistoric cultures of Rwanda and Burundi, Tervuren, Musée royal de l'Afrique centrale - Tervuren (Belgique) - Annales, série in 8° - Sciences humaines, 310 p.

Newcomer, M.H. et Hivernel-Guerre, F. (1974)

« Nucléus sur éclat : technologie et utilisation par différentes cultures préhistoriques », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 71, n° 4, pp. 119-128.

Paddayya, K. (1977b)

« The Acheulean culture of the Hunsgi Valley (Shorapur Doab), peninsular India », Proceedings of the American Philosophical Society, vol. 121, n° 5, pp. 383-406.

Paddayya, K. (1979)

« Excavation of a new Acheulian occupation site at Hunsgi, peninsular India », Quartär, 29./30. Band,  pp. 139-158.

Pelegrin, J. (1991)

« Sur une recherche technique expérimentale des techniques de débitage laminaire et quelques résultats », in : Archéologie expérimentale. Tome 2. La Terre, Paris, Ed. Errances, Actes du Colloque International "Expérimentation en archéologie : bilan et perspectives", (Archéodrome de Beaune, 6-9 avril 1988), pp. 118-128.

Pelegrin, J. (1995)

Technologie lithique : le Châtelperronien de Roc-de-Combe (Lot) et de La Côte (Dordogne), Paris, CNRS Editions, Cahiers du Quaternaire n° 20, 297.

Pelegrin, J. (2001)

« Remarks about techniques and methods of knapping », in : La taille de la pierre : une action spécifique à l'homme ?, Workshop de Pont-à-Mousson, Abbaye des Prémontrés, 21-21 novembre 2001.

Pétrequin, P. et Pétrequin, A.-M. (1993)

Écologie d'un outil : la hache de pierre en Irian Jaya (Indonésie), Paris, CNRS Éditions, Monographie du CRA 12, 469 p.

Pigeot, N. (1991)

« Réflexions sur l'évolution technique de l'Homme : de l'évolution cognitive à l'évolution culturelle », Paléo, n° 3,  pp. 167-200.

Prous, A. et Lima, M. A. (1990)

« A tecnologia de debitagem do quartzo no Centro de Minas Gerais », Arquivos do Museu de História Natural, Vol. XI, 1986/1990, pp. 91-114.

Prous, A., Moura, M. T. T. et Lima, M. A. (1991)

« Industria litica de Santana do Riacho : tecnologia, tipologia e traceologia », Arquivos do Museu de História Natural, Vol. XII,  pp. 187-269.

Prous, A. (1996)

« Algumas características das indústrias lascadas sobre seixo do Brasil central e nordestino », Coleção Arqueologia, Anais da VIII Reunião Científica, PUCRS, n° 1, v. 1, pp. 345-362.

Roche, H. et Texier, P-J. (1996)

« Evaluation of technical competence of Homo erectus in East Africa during the Middle Pleistocene », in : Evolution and ecology of Homo erectus, Leiden, Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences, Proceedings of the International Scientific Congress "Human Evolution in its Ecological context", Leiden, 26 juin - 1er juillet 1993, pp. 153-167.

SARC (page consultée le 6 juin 2002)

« Bipolar core », in : site du SARC (Stone Age Reference Collection), Institute of Archaeology (I.A.K.K.), Université d'Oslo, Norvège, [En ligne], http://www.hf.uio.no/iakk/roger/lithic/cores.html#anchor219161.

Servelle, C. et Servelle, G. (1981)

« L'industrie acheuléenne de la doline P1 du Prône, Saint-Gauzens, (Tarn) - Etude préliminaire », Congrès Préhistorique de France, XXI° session, Quercy, t. 1, (sept. 1979),  pp. 287-307.

Shen, C. et Wang, S. (2000)

« A preliminary study of the anvil-chipping technique : experiments and evaluations », Lithic technology, vol. 25, n° 2, pp. 81-100.

Shott, M. J. (1989)

« Bipolar industries : ethnographic evidence and archaeological implications », North American Archaeologist, Vol. 10, 1, pp. 1-24.

Smith, P.E.L. (1966)

« Report on the lithic technology conference at Les Eyzies, France, 1964 », Current Anthropology, vol. 7, n° 5, pp. 592-593.

Smith, C. M. (page consultée le 6 juin 2002)

« Material culture analysis - Bipolar core reduction », in : cours de Brian Hayden, Material Culture Analysis, University, Simon Fraser, Ed. , [En ligne], http://www.sfu.ca/~csmith/genstuff/academic/lab/bipolar.html.

Sollberger, J. et Patterson, L. (1976)

« The myth of bipolar flaking industries », Newsletter of Lithic Technology, vol. V, n° 3, pp. 40-41.

Tavoso, A. (1986)

Le Paléolithique inférieur et moyen du Haut-Languedoc. Gisements des terrasses alluviales du Tarn, du Dadou, de l'Agout, du Sor et du Fresquel, Université de Provence, Ed. du Laboratoire de Paléontologie Humaine et de Préhistoire, Etudes Quaternaires, 5, (1978), 404.

Texier, P-J. et Roche, H. (1995)

« Polyèdre, sub-sphéroïde, sphéroïde et bola : des segments plus ou moins longs d'une même chaîne opératoire », Cahier noir, 7,  pp. 31-40.

Thorsberg, K. (1985)

« Bipolär Teknik i Flinta Några Funderingar », Fjölnir, 4, 2, pp. 3-14.

Tixier, J. (1960)

« Les industries lithiques d'Aïn Fritissa (Maroc oriental) », Bulletin d'Archéologie Marocaine, t. III,  pp. 107-249.

Tixier, J. (1967)

« Procédés d'analyse et questions de terminologie dans l'étude des ensembles industriels du Paléolithique récent et de l'Epipaléolithique en Afrique du Nord-Ouest », in : Background to evolution in Africa, Bishop, W.W. et Clark, J.D., Eds. , Chicago, pp. 771-820.

Tixier, J. (1972)

« Obtention de lames par débitage "sous le pied" », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 69, n° 5, pp. 134-139.

Tixier, J. (1978)

Méthode pour l'étude des outillages lithiques : notice sur les travaux scientifiques de J. Tixier, Université de Paris X - Nanterre, thèse d'Etat, 118 p p.

Tixier, J., Inizan, M.-L., Roche, H. et Dauvois, M. (1980)

Préhistoire de la pierre taillée - 1. terminologie et technologie, Paris, CREP, 120 p.

Tixier, J. (1980)

« Préhistoire - La taille expérimentale des roches dures », in : Encyclopedia Universalis, pp. 1199-1201.

Tixier, J. (1982)

« Techniques de taille : osons ne plus affirmer », Studia Praehistorica Belgica, 2,  pp. 13-22.

Tixier, J. (2000)

« Outils moustériens à bulbe "piqueté" (Retaïma, Algérie) », in : A la recherche de l'Homme Préhistorique, Mester, Z. et Ringer, Á., Eds. , Liège, ERAUL 95, pp. 125-130.

Van Riet Lowe, C. (1951)

« A new african Acheul stage IV site in Tanganyika », South African Archaeological Bulletin, vol. 6, n° 24, pp. 94-98.

Van Riet Lowe, C. (1952)

« The development of the hand-axe culture in South Africa », in : Proceedings of the Panafrican Congress on Prehistory, Nairobi, 1947, pp. 167-177.

Vauclair, J. (1995)

L'intelligence de l'animal, Éditions du Seuil, Points Sciences, 224 p.

Vigier, S. et Costamagno, S. (1997)

Un piège à faune du Pléistocène supérieur - Souillac "Bramefond", DFS de sauvetage urgent, SRA Midi-Pyrénées, ASF.

Villa, P. (1983)

Terra Amata and the Middle Pleistocene archaeological record of Southern France, University of California Press, Anthropology 13, 303 p.

Vosges, J. (2001)

« Archéologie des sites du Paléolithique inférieur de Baia-Farta (Angola) - Etude techno-expérimentale des industries sur quartz de Dungo V et du niveau M10-2 de Dungo IV (résumé de Mémoire de maîtrise) », Afrique Archéologie et Art, 1,  pp. 121-122.

Walker, J.B. (1980)

Analysis and replication of the lithics artefacts from the Sugar

Factory Pier site, St-Kitt, West Indies, Washington State University, unpublished MA thesis.

Walker, J.B. (1980)

« Analysis and replication of the lithics artefacts from the Sugar

Factory Pier site, St-Kitt », in : Compte rendu des communications du 8ème congrès d'étude des civilisations précolombiennes des Petites Antilles, 30 juillet-3 août 1979, St-Kitt, Tempe Arizona, Arizona state university, Anthropological

research paper, 22.

White, J.P. (1968)

« Fabricators, outils écaillés or scalar cores ? », Mankind, vol. 6, n° 12, pp. 658-666.

White, P.J. (1977)

« Reply to : the myth of bipolar flaking industries », Lithic Technology, 6,  pp. 6.

Willoughby, P.R. (1985)

« Spheroids and battered stones in the African early stone age », World Archaeology, 17, 1, pp. 44-50.

Willoughby, P.R. (1985)

« Spheroids and battered stones in the African early and middle stone age », B.A.R. International Series, 321.

 

 

 

 

Objectifs et perspectives

 

La publication rapide des Actes de cette première Table-Ronde sur la percussion directe au percuteur dur et la diversité de ses modalités d’application sur un support éditorial à diffusion internationale constitue un objectif prioritaire ; en effet, il ne s’agirait pas de reproduire les erreurs du passé et de voir les efforts fournis par quelques chercheurs en vue d’une homogénéisation du vocabulaire technologique rester lettre morte faute d’une communication des résultats d’une Table-Ronde à un large public. S’il est bien trop tôt encore pour évoquer un choix du support, il est possible de se fixer comme objectif la publication dans une série de diffusion et de qualité équivalente aux Études et Recherches Archéologiques de l’Université de Liège (ERAUL), qui allient rapidité et efficacité (cf. par exemple la publication des Actes de la Table-Ronde  de Caen Les industries à outils bifaciaux du Paléolithique moyen d’Europe occidentale, ERAUL 98, 2001).

Si la publication des Actes est indispensable, elle peut ne constituer qu’une étape dans le développement d’une recherche thématique concernant la diversité des modalités d’application de la percussion directe au percuteur dur. Diverses suites peuvent être envisagées :

- réunions périodiques des chercheurs travaillant sur ce thème dans un cadre à définir (GDR ?),

- organisation de Colloques thématiques au sein d’évènements internationaux (UISPP, etc.),

- développement d’un programme expérimental ciblé afin de répondre à certaines questions ponctuelles.

Si les modalités des développements éventuels restent à définir, il est d’ores et déjà certain qu’une première Table-Ronde ne permettra pas d’épuiser le sujet. En revanche, elle constitue une première étape attendue et qui, nous l’espérons, fera date dans l’histoire de l’approche technologique des industries lithiques.

 

 

• accueil • présentation • programme • résumés • bibliographie •

dernière mise à jour le 07 décembre 2005